Patrick MAILLOT

Retour Partager sur facebook Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Patrick MAILLOT - Agriculteur depuis 1989

Après avoir commencé en tant qu’aide familial, il récupère le terrain de ses parents suite à une donation. Il devient agriculteur « bio » à partir de 2011, et devient membre du Groupement des Agriculteurs Bio (GAB). Il a 7 ha de bananes/letchis et ananas bio dans les hauts de la rivière Langevin, au pied de la montagne. Aujourd’hui il livre principalement dans les écoles.
Le bio, c’est aucun produit phytosanitaire, aucun produit chimique.

« On n’utilise que des produits certifiés, homologués bio. On n’emmène
aucun produit toxique, les plantes se défendent toutes seules. »

Pourtant  Patrick  MAILLOT  n’a  pas  toujours  été  agriculteur  Bio. Pour que son terrain obtienne l’appellation « BIO », il faut passer par 3 ans de « conversion » recommandée par l’Organisation Bio. « C’est-à-dire que pendant 3 ans, aucun produit ne doit être utilisé sur l’exploitation. Le désherbage se fait manuellement. Toute  action  est  notée  dans  un  cahier.    Ensuite  c’est  un  contrôle  par   an   par   l’Organisation   Bio, qui  visite  l’exploitation,  et  vérifie le  cahier  qui  contient  toutes  les  informations.
Ce  contrôle  permet  de renouveler le certificat « Certipaq Bio. »

L’agriculteur se met au Bio pour plusieurs raisons. « Il fallait se démarquer des
autres,  pour  être  plus  concurrentiel.  Avec  le  Bio  j’ai  obtenu  une meilleure  part dans le marché des collectivités ». Mais la raison la plus profonde c’est la santé.

« Il faut penser à l’avenir, aux enfants, le Bio c’est l’assurance de manger
plus sainement. Le métier est difficile, mais c’est un travail à deux, heureusement ma femme m’aide  beaucoup,  on  est  une  équipe  ! Elle  s’occupe  généralement  de  toute  la partie administrative, ça rend les choses plus simples, mais elle n’hésite pas à enfiler les bottes et venir donner un coup de main au champ dès qu’il le faut ! Mon fils est également très impliqué, j’aimerais lui léguer une partie de la parcelle, lui inculquer les bonnes valeurs et qu’on monte une entreprise familiale. »

Mais aujourd’hui Patrick MAILLOT fait face à un coup dur, ses fruits près de 1000
régimes ! « J’attends la réaction du technicien, il m’a donné un produit Bio pour
traiter mes bananes, mais il doit revenir pour des prélèvements. J’espère qu’on trouvera vite une solution. »

L'actualité en vidéo

Les Commissions Mixtes d'Usines c'est quoi ?

Toutes les émissions dans la médiathèque